« Le master m'a donné une vision concrète des enjeux environnementaux et l’envie d’agir »

Aujourd'hui consultante en développement durable, Natacha revient sur son parcours au sein du Master Energie porté par les 3 écoles d'ingénieurs de PSL (MINES ParisTech - PSL, Chimie ParisTech - PSL et ESPCI Paris - PSL), son intérêt pour les enjeux environnementaux et son choix de carrière. 

Natacha, Alumni du master Energie

Mue par l’envie de comprendre et surtout d’agir, Natacha a suivi une formation scientifique de haut niveau en sciences environnementales. Lycéenne française en Australie, elle décide, une fois son baccalauréat international en poche, de poursuivre un bachelor de Science à l’Université de Melbourne. 
Au lycée, j’avais du mal à choisir, trop de sujets m’intéressaient. L'Université de Melbourne proposait une licence scientifique avec une spécialisation progressive, exactement ce qui me convenait. J’ai finalement choisi de me spécialiser en dernière année en Physique car cette discipline permet en grande partie d’expliquer le monde dans lequel nous vivons .»

A l’issue de ces trois ans, son appétit de connaissance est encore plus aiguisé. Intéressée par les enjeux environnementaux, elle se renseigne auprès de connaissances sur les formations en France sur le sujet et découvre le master Energie de PSL
« J’aimais beaucoup les sciences, cependant une spécialisation en physique pure me semblait trop abstraite. Le master Energie proposait d’emblée une application concrète des connaissances scientifiques fondamentales, à des sujets aussi concrets que la ressource énergétique par exemple. Il était en plus situé au cœur de Paris, c’était parfait ! »

Pendant son master, elle se passionne pour l’étude des matériaux pour l’énergie et l’analyse de cycle de vie, découvre à travers différents stages au sein de laboratoires les différentes facettes du métier de chercheuse et réalise que si ce métier la passionne, il ne comble pas tout à fait son besoin d’agir.
« Nous suivions des cours dans les trois écoles d’ingénieurs impliquées dans le master PSL et bénéficions d’intervenants pertinents et passionnés. Cela nous a permis de développer une approche très concrète et exhaustive des solutions innovantes face aux défis environnementaux d’aujourd’hui et de demain, à travers de nombreux projets et interventions. J’ai ainsi réalisé que je ne voulais pas faire de thèse par le biais de l’un de ces projets. Un enseignant-chercheur nous a tous interrogé sur nos parcours et nos ambitions, et demandé d’expliciter nos centres d’intérêts. Cela m’a permis de comprendre que, plus que tout, je voulais avoir un impact. Plus généralement, ces années m’ont fait réaliser que les solutions sont bien au-delà de la technologie. Pour avoir un impact réel sur le monde, travailler aux côtés des organismes publics comme privés est primordial. »

Nous suivions des cours dans les trois écoles d’ingénieurs impliquées dans le master PSL et bénéficions d’intervenants pertinents et passionnés.

Diplômée en août 2019, elle a été recrutée quelques mois plus tard en tant que consultante développement durable pour des missions en énergie et climat, et en quantification d’impacts environnementaux. 
« Au contact quotidien des associés, consultants seniors et managers, je me sens bien dans le monde du conseil. Ma formation initiale y est certainement pour beaucoup. Pendant mes deux années de master, j’ai appris à m’adresser à des intervenants de différents horizons, à évaluer le degré d’expertise de chacun sur un sujet donné et à m’approprier les concepts clés. C’est très important dans le conseil, savoir rapidement comprendre un nouveau sujet et vulgariser nos analyses et résultats afin qu’ils soient compréhensibles de nos clients. En un mot, concilier technique et pédagogie ! »

Au quotidien, Natacha œuvre pour faire bouger les lignes. Elle souhaiterait que désormais le mot déchets ne fasse plus partie de notre vocabulaire.
« Il ne faut plus parler de déchets, tout peut être recyclé ou réutilisé. Nous devons avoir une vision circulaire des produits. Dans un monde idéal, il n’y aurait plus d’objets à usage unique. »

Passionnée par la musique et les percussions depuis plusieurs années, Natacha évolue aujourd’hui au sein d’un groupe de batucada. D’ailleurs, elle s'est déjà rendue au Brésil pour y jouer lors du carnaval de Salvador.