Recherche

Former une nouvelle génération d’artistes-chercheurs. SACRe célèbre son 30e docteur.

Le

Compositrices, compositeurs, historiennes et historiens de l’art, designers, plasticiennes, plasticiens, réalisatrices, réalisateurs, metteuses et metteurs en scène... la formation doctorale SACRe (Sciences, Arts, Création, Recherche) a diplômé près d’une trentaine d’artistes-chercheurs depuis sa création en 2012 et compte actuellement 50 doctorants. Au lendemain de la soutenance de Lyes Hammadouche, directeurs, doctorants et docteurs témoignent de la vitalité de ce dispositif original.

SACRe

Aurélien Dumont, Lara Hirzel, Emile de Visscher, Gaëlle Hippolyte sont artistes-chercheurs reconnus en musique, cinéma, design ou arts visuels. Ils ont été accueillis à la villa Médicis, à la villa Kujoyama, enseignent et mènent leurs recherches à l’EHESS ou à la Humbold-Universität de Berlin. Toutes et tous ont en commun d’être docteur SACRe. Le 13 décembre, Lyes Hammadouche, artiste plasticien à EnsadLab et enseignant à la CAFA de Beijing en Chine, a soutenu à son tour sa thèse devenant ainsi le 30e docteur de cette formation doctorale unique.
Créé par les cinq grandes écoles d’art et de création associées à l’Université PSL et l’ENS - PSL, SACRe (Sciences, Arts, Création, Recherche) répond à une double ambition : former une nouvelle génération de créateurs à la recherche et stimuler les échanges et les synergies multidisciplinaires.
« Depuis sa création en 2012 comme programme doctoral et sa consolidation en 2016 par la mise en place du laboratoire réunissant 122 membres, SACRe s’est placé comme un interlocuteur significatif dans les secteurs-clés de la recherche en arts à l’échelle internationale : recherche-création, interfaces arts & sciences, et interfaces arts & sociétés. Les doctorants jouent un rôle central dans cette construction, d’abord par la qualité de leurs travaux de recherche mais aussi par leur activité de « publicisation » en exposant publiquement leurs recherches. Les dernières thèses soutenues comme le devenir de nos docteurs sont un bel exemple du succès de cette entreprise », déclare Emmanuel Mahé, directeur de SACRe.

« Bousculer les connaissances, les certitudes et les conditions de la création artistique »

Compositrice, compositeur, historien et historienne de l’art, designer, réalisatrice, réalisateur, metteuse et metteur en scène, les doctorantes et doctorants SACRe viennent d’horizons différents et sont sélectionnés chaque année parmi plus de 140 dossiers pour une dizaine de contrats doctoraux. La formation permet ainsi aux artistes et créateurs de mener un doctorat d’art et de création en étayant leur pratique par une approche théorique et scientifique solide. Elle accompagne également les chercheurs en sciences humaines, sociales ou exactes, dans la réalisation d’un doctorat théorique sur des sujets impliquant une connaissance intime des processus et du milieu artistiques. Leurs objets de recherche sont multiples et s’emparent des grands enjeux contemporains tels que l’environnement. Ainsi Clémence Hallé mène-t-elle au sein de l’ENS - PSL un doctorat SACRe intitulé : « Un imaginaire écologique contemporain : l’histoire curatoriale de l’Anthropocene Project » avec comme perspective de recomposer l’histoire intellectuelle de l’Anthropocène en l’instruisant notamment via des performances théâtrales. De son côté, Jeanne Vicérial, designer vestimentaire, désormais pensionnaire de la Villa Médicis et entrepreneuse, a soutenu en octobre 2019 une thèse intitulée « Clinique Vestimentaire ». À partir d’une réflexion sur sa pratique et sur les moyens de conception vestimentaire contemporains, elle a mis au point avec un laboratoire de MINES ParisTech (établissement composante de l'Université PSL) un procédé permettant de produire et de commercialiser des vêtements sur mesure, sans chutes, en petites séries et de façon semi-industrielle.

jeanne Vicérial © Clinique Vestimentaire

Travaux de Jeanne Vicérial, docteur SACRe ©CliniqueVestimentaire

 Jeanne Vicérial récompensée du Prix de la Création Durable par le Big Blue Project

Évoluant au sein d’une structure commune, artistes et scientifiques se retrouvent et échangent à l’occasion des séminaires, expositions, journées d’étude proposés par le laboratoire. Le tout forme un environnement singulier dont témoigne Katia Sowels, historienne de l’art avec une formation en biologie à l’ENS - PSL :
 « J’ai trouvé au sein de SACRe un environnement innovant qui m’a offert l’occasion de faire évoluer mon travail au sein d’une communauté de chercheurs aux profils riches et atypiques qui, ensemble, bousculent les connaissances, les certitudes et les conditions de la création artistique ».

Permettre l’émergence d’une nouvelle génération artistique et scientifique

Artistes professionnels, enseignants, chercheurs, de nombreux docteurs SACRe ont vu leurs travaux et leurs pratiques salués et récompensés. Ainsi, parmi les trente titulaires du doctorat : cinq ont été accueillis dans les résidences artistiques de la Villa Médicis à Rome, de la Villa Kujoyama à Tokyo ou encore de l’Ircam/ZKM ; quatre ont obtenu des research fellowships ou post-doctorats dans des universités internationales réputées telles que la Humboldt-Universität de Berlin ; d’autres ont été sélectionnés ou primés par le Sundance Institute, le MIT Hacking Arts, Imagine Science Film Festival, … Lyes Hammadouche a d’ores et déjà été recruté comme enseignant par les Beaux-Arts de Pékin (CAFA International Foundation Course). Il avait auparavant exposé ses travaux à différentes occasions à la galerie Jérôme Pauchant (Paris) et participé à des expositions dans des lieux prestigieux tels que le Palais de Tokyo. 

Lyes Hammadouche

Travaux de Lyes Hammadouche développés dans le cadre de sa thèse SACRe "Temps ductiles" soutenue le 13 décembre 2019 à l'EnsAD

Ce doctorat m’a permis de proposer de nouvelles modalités de recherche en design, et en ce sens, son intérêt scientifique et épistémologique est crucial dans l’environnement académique français et international” témoigne Emile de Visscher, artiste et designer, actuellement post-doctorant au sein du Cluster Matters of Activity de la Humboldt-Universität.

SACRe Harvard

Unique en son genre, la formation doctorale interpelle ainsi acteurs scientifiques et artistiques sur des enjeux cruciaux pour la recherche en arts. À ce titre, depuis 2017, une relation privilégiée s’est nouée avec la Graduate School of Arts and Sciences de Harvard University. Après trois jours de rencontres à Paris en décembre 2018, une délégation SACRe se rendra sur le campus de Harvard pour la tenue d’un nouveau workshop et d’un symposium réunissant en février 2020 de grands programmes internationaux en arts tels ceux de la University of California Santa Cruz et de Goldsmiths - University of the Arts London.

 SACRe et la Faculty arts and science de Harvard University collaborent

Retour vers toutes les actualités
En savoir plus

Soutenance de Max Mollon, doctorant SACRe-PSL / EnsadLab

20 décembre 2019 à la Gaîté Lyrique