Recherche

Maximiser les chances de succès aux appels à projets : les missions du SAAP

Le

Avec 18 lauréats ERC sur 124 français, PSL est l’université concentrant le plus fort taux de réussite à cet exercice d’excellence. Depuis mai 2018, PSL a créé le SAAP (service d’appui aux appels à projets) un Service Mutualisé Support porté par l’ENS. Interview de Damien Vogel, chef du service partenariat de la recherche de l’ENS, et pilote du projet dont la mission est d’accompagner les dépôts de projets de recherche, améliorer les taux de succès et coordonner les efforts

Drapeau union européenne

PSL : Vous pilotez le SAAP, service d’appui aux appels à projets, mis en place depuis Mai 2018 au sein de PSL. Pourriez-vous en présenter rapidement les missions et le fonctionnement ?

Le service fonctionne sur un mode collaboratif. Il assure des missions de veille, de détection, de formation et contribue au montage de projets en relais avec les équipes des établissements.

D. Vogel : Le SAAP est un service mutualisé support (SMS) porté par le service partenariat de la recherche de l’ENS. Il répond à un besoin initial aussi simple qu’essentiel : mettre en commun, au sein de l’université, certaines actions récurrentes propres aux services ou entités de partenariats de la recherche afin de gagner en temps et en efficacité.
Le SAAP fonctionne ainsi sur un mode collaboratif. Il est composé de huit agents venant de l’ENS, de PSL, de l’ENSCP, de Dauphine et du CNRS à des quotités de temps variés et devrait être renforcé prochainement par les équipes de l’Observatoire de Paris. Chacun d’entre eux assure des missions de veille, de formation et contribue au montage de projets en relais avec les équipes des établissements.
Le service n’a pas vocation à remplacer le service de proximité des établissements. Bien au contraire, il entend préserver la relation de proximité entre les chercheurs et le service partenarial de leur établissement.
Cela fonctionne très bien, car c’est une coordination logique. PSL dispose d’un vivier exceptionnel, pour faire travailler par exemple un archéologue de l’ENS avec un membre de l’EnsAD… La mission du service est de s’appuyer sur ces collaborations pour saisir les opportunités de financement et de développement de projets.

PSL : Quelles sont les formations organisées par le SAAP et qui peut y participer ?

Chaque appel à proposition de projets ou programmes de recherche, qu’il soit européen ou national, nécessite un travail d’analyse pour en comprendre les tenants et les aboutissants.

D. Vogel : Nous organisons des formations sur les différents appels à projets européens et nationaux, ce qui correspond peu ou prou à nos quatre grands axes de travail : les appels à propositions de l’ERC, les appels à proposition du programme Marie Slodowska Curie Actions (appel Horizon 2020 pour la mobilité et la formation), les projets collaboratifs (appels Horizon 2020, Ile de France etc…), les appels à projets de l’ANR (AAPG, SFRI, IDEES).
Chaque appel à financement de projets ou programmes de recherche, qu’il soit européen ou national, nécessite un travail d’analyse pour en comprendre les tenants et les aboutissants.
Plus qu’une communication par mail, les journées ou demi-journées de formation en présentiel sont des moments privilégiés pour partager avec des chercheurs notre compréhension des appels, et également leur permettre de rencontrer des experts évaluateurs ou des anciens lauréats. Ces formations sont ainsi souvent co-organisées avec les personnes relais au sein du ministère, ou des partenaires académiques (points de contact nationaux européens par exemple).
Notre objectif est ainsi qu’à l’issue de la formation, chaque participant dispose de l’essentiel des informations administratives et scientifiques attendues et se sente en capacité d’y répondre.
Certaines formations se font en petits groupes et sont réservées aux membres du SAAP.
En revanche toutes celles organisées en partenariat avec les points de contact nationaux sont ouvertes à tous. Il est même fréquent que des chercheurs d’autres universités y participent.
D’ailleurs, dès la rentrée 2019, nous allons tâcher de multiplier ces actions afin notamment de profiter au mieux de la dernière année du programme H2020 pour laquelle les budgets de financement seront plus importants que les années précédentes. Notre objectif est de maximiser nos dépôts et cela notamment pour les projets SHS.

28 juin 2019 : Rencontres « EIC- FET » à PSL : d’Horizon 2020 à Horizon Europe

PSL : La commission Européenne lance Horizon Europe le nouveau programme de financement de la recherche Européenne. Quelles en sont les grandes orientations ?

D.Vogel : Il est encore un peu tôt pour se prononcer sur l’architecture définitive. 2019 et 2020 seront des années de bilans et les enseignements du programme Horizon 2020 ne sont pas encore définitifs. A date, il semblerait que les budgets seront en augmentation et que les programmes ERC et Marie Curie seront maintenus. Ce sont de très bonnes nouvelles pour PSL qui participe beaucoup à ces actions. On peut ajouter la préfiguration d’un ERC de l’innovation porté par le tout nouveau Conseil européen de l’innovation (CEI) dont la création a été fortement soutenue par la France.

PSL : Comment le SAAP pourra-t-il accompagner les chercheurs dans la réponse aux nouveaux appels à projets ?

D. Vogel : Exactement selon le même format qu’aujourd’hui. Nous continuerons de participer activement aux groupes thématiques nationaux d’échanges sur les appels européens et aux points de contact nationaux afin de faire entendre notre voix et partager nos retours sur les éditions précédentes des appels. En parallèle de quoi nous continuons de récolter et diffuser des informations dans nos réseaux et vers les laboratoires.
Pour répondre de façon plus précise sur les grands jalons de la rentrée 2019, voici quelques dates à noter :

  • Dépôt des candidatures ERC Synergie le 5 novembre 2020
  • Dépôt des appels SFRI (incluant les programmes gradués) : en janvier 2020
  • Dépôts des projets collaboratifs en SHS en mars 2020
  • Dépôt des candidatures ERC Starting grants le 16 novembre 2020

PSL : En 2018, l’Université PSL a comptabilisé 18 lauréats ERC sur les 64 en Ile de Française, elle est ainsi classée première dans ce domaine. En tant que membre du point de contact national ERC (PCN-ERC) et Responsable de service du SAAP, quel regard portez-vous sur ce résultat ?

D. Vogel : C’est un très beau résultat ! Notamment, car, le chiffre ne le dit pas, mais parmi les 18 lauréats figurent plusieurs projets en sciences humaines et sociales.
Je pense par exemple aux projets de : Claire Zalc (CNRS) pour l’ERC Consolidator, Philippe Pain (directeur d’études EPHE) pour l’ERC Advanced et le projet “The Domestication of 'Hindu’ Asceticism and the Religious Making of South and Southeast Asia”, porté par deux chercheurs de l’EHESS et l’EFEO lauréat de la bourse ERC Synergy.
Il s’agit d’un résultat collectif de tous les établissements-composantes de PSL. Par ailleurs, la démarche très incitative des équipes de la Délégation Paris Centre du CNRS pour améliorer, notamment, le taux de succès des projets SHS aux appels européens nous a beaucoup porté. Le travail semble avoir porté ses fruits et nous espérons continuer sur cette dynamique pour les années à venir.

ERC 2018 (article AEF en accès libre)

Le service d’appui aux appels à projets PSL


Le Service est à la disposition des chercheurs, enseignants chercheurs et des responsables Europe, RH et Finance de l’université.
Permettant un support technique administratif et financier, il offre une expertise adaptée pour répondre aux appels à propositions de la Commission Européenne, de l’ANR ou de l’IDF.
Contact : saap@psl.eu