Innovation

Le consortium PSL Tech Seed parmi les 1ers lauréats de l’appel French Tech Seed

Le

« PSL Tech Seed », consortium porté par l’Université PSL et incluant l’Institut Pasteur, est lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par Bpifrance. Ce nouveau dispositif post-amorçage permettra le cofinancement de start-up deep tech par le nouveau fonds d’investissement French Tech Seed, doté de 400 millions d’euros.

Les lauréats de l'appel French Tech Seed 2018 annoncé par Frédérique Vidal à la SATT ParisSaclay le 18 janvier 2019

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement lors de l’annonce des résultats le 18 janvier 2019 à la SATT Paris-Saclay en présence des porteurs des 18 consortiums lauréats, dont Bruno Rostand, directeur de l’innovation et l’entrepreneuriat à l’Université PSL.

Le PSL Tech Seed va permettre de renforcer la dynamique de création et de développement des start-up de PSL et de l’Institut Pasteur. Bruno Rostand

Afin de soutenir les start-up technologiques en phase de post-maturation, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé en juin 2018 la création d’un fonds d’investissement French Tech Seed doté de 400 millions d’euros issus du Programme d’investissements d’avenir. Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances et Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont lancé le 18 juillet 2018 un appel à manifestation d’intérêt visant à labelliser parmi les acteurs de l’innovation des apporteurs d’affaires désireux de participer à ce nouveau dispositif.
Le consortium PSL Tech Seed porté par l’Université PSL et comprenant 5 de ses membres (Chimie ParisTech, ESPCI Paris, Institut Curie, MINES ParisTech, Paris Dauphine) ainsi que l’Institut Pasteur, fait partie des premiers lauréats dont les noms ont été annoncés le 17 janvier 2018.
Labellisé comme apporteur d’affaires, le consortium permettra aux start-up de PSL et de l’Institut Pasteur d’être cofinancées par ce nouveau fonds géré par Bpifrance.

« C’est une très bonne nouvelle. Le PSL Tech Seed va permettre de renforcer la dynamique de création et de développement des start-up de PSL et de l’Institut Pasteur » témoigne Bruno Rostand, directeur de l'innovation et de l'entrepreneuriat à l’Université PSL. Le consortium sera, en effet, ouvert à toutes les start-up de PSL et de Pasteur, dans toutes les disciplines et domaines d’application. Il permettra ainsi un effet de levier sur les financements privés obtenus par ces start-up, avec un impact majeur sur leur développement.

Ce dispositif de post-amorçage vient également renforcer le modèle spécifique de valorisation mis en place par PSL, centré sur l’innovation de rupture et la création d’entreprises et reconnu par le gouvernement et le secrétariat général pour l’investissement dans le cadre de l’expérimentation de modèles de valorisation innovants. Il s’intègre dans la chaine de l’innovation mise en place et viendra compléter les actions de maturation conduites par les membres du consortium, ainsi que celles du fonds d’amorçage PSL Innovation Fund, récemment créé. De plus, l’accès facilité au financement et l’attractivité du dispositif permettront de renforcer les liens avec des groupes de Business Angels, notamment au sein des communautés d’alumni de PSL.
Les membres du consortium détecteront ensemble des projets de start-up à haut potentiel, issus des équipes de recherche de PSL et de Pasteur ; ces projets seront évalués par un comité de sélection indépendant avant d’être présentés à Bpifrance pour financement par French Tech Seed. Les partenaires apporteront au dispositif leur expérience de la création de start-up deep tech ; leurs structures de valorisation accompagneront les projets sélectionnés, apportant leur expertise pour le transfert de technologies ainsi que des ressources et une expérience spécifique dans de multiples domaines : oncologie, biotech, santé, diagnostic, matériaux, énergie, cleantech, ingénierie, numérique (IA, data science, modélisation et simulation), etc. Ils apporteront de plus la capacité d’hébergement et d’accompagnement de leurs incubateurs et l’accès pour les start-up à des équipements et plate-forme technologiques exceptionnels.