Recherche

Une bibliothèque numérique patrimoniale à l’image de la richesse documentaire de PSL

Le

Correspondances, cours, dessins, vidéos, photographies, instruments scientifiques… la bibliothèque numérique patrimoniale de PSL abrite des trésors et propose désormais une nouvelle navigation ergonomique et simplifiée.

Bibliothèque Numérique patrimoniale de l'Université PSL

Des campagnes scientifiques d’Albert 1er de Monaco, aux archives de l’architecte et décorateur René Gabriel, en passant par les fonds du laboratoire Curie, les cours de Jean-François Debord et bientôt les archives du scientifique Paul Langevin, la bibliothèque numérique patrimoniale de PSL propose une plongée documentaire transdisciplinaire dans les collections exceptionnelles des établissements de PSL.

« Les bibliothèques numériques patrimoniales représentent souvent l’histoire d’une institution, d’une ville ou d’une région. Celle de PSL reflète la richesse de ses établissements. Elle offre une vision pandisciplinaire assez rare pour une bibliothèque numérique d’université, à l’image de son héritage intellectuel unique. » explique Anne-Marie Turcan-Verkerk, directrice d’études à l’EPHE – PSL et responsable de la documentation et de la diffusion des savoirs de l’Université PSL.

En ligne depuis 2015, la bibliothèque numérique de PSL est composée de 18 collections très diverses (instruments scientifiques, iconographies de l’Institut du Radium, fonds archéologiques…) qui offrent aux étudiants, chercheurs et internautes une matière scientifique de premier plan pour l’étude de l’histoire des sciences, du design, de l’astronomie, des arts…

En 2020, pour faciliter son utilisation et accompagner au mieux les projets scientifiques, le site a fait l’objet d’une refonte graphique et fonctionnelle. A l’heure où la navigation web nous habitue à un résultat clair et souvent pertinent en quelques secondes, la rénovation de la bibliothèque numérique s’est structurée autour de trois axes prioritaires : renforcer le moteur de recherche - améliorer l’ergonomie et l’esthétique générale du site - intégrer de nouvelles fonctionnalités propres au travail de recherche.

« Les bibliothèques numériques sont des projets complexes, et il est malheureusement fréquent que les ressources scientifiques soient proposées sur des sites peu ergonomiques. Il était pour nous essentiel de faciliter le travail du chercheur en lui proposant une interface fluide et agréable et des outils de recherche efficaces et pratiques. La navigation a aussi été repensée afin de mettre davantage en valeur les différentes collections et de favoriser l’exploration et les découvertes. » précise Elisa Thomas, responsable de la bibliothèque numérique et en charge du projet.

Considérablement embellie, la bibliothèque numérique propose des fonctionnalités améliorées comme le filtrage par sujets, par thématiques de recherche ou par type de documents, le partage de chaque fiche documentaire sur les réseaux sociaux et sites web, et elle offre désormais aux utilisateurs la possibilité de constituer une liste de références bibliographiques ou d’enregistrer les données des notices aisément.

 

L’accès aux 18 collections et plus de 13 000 documents (films, images d’archives, correspondances…) s’en trouve grandement facilité. Ce corpus documentaire a pu être rassemblé grâce aux appels à projets portés ou soutenus par PSL-Explore et en collaboration étroite avec les bibliothèques et fonds patrimoniaux des établissements de PSL depuis 2015. Cet élan a permis de lancer des projets d’ampleur tel que la numérisation et mise à disposition des cours de morphologie de Jean-François Debord aux Beaux-Arts de Paris. Il a également permis de donner une belle visibilité à des fonds méconnus, comme l’ensemble des documents de travail de l’architecte et décorateur René Gabriel, conservés à l’EnsAD.  « La préparation des collections numériques est un travail de longue haleine, chaque document est inventorié, décrit et coté, éventuellement restauré avant la numérisation elle-même, puis à nouveau vérifié, conditionné et reclassé dans son fonds d’origine. La publication en ligne suppose aussi un travail de gestion de la diffusion, notamment sur les questions de droits » indique Elisa Thomas.

La bibliothèque devrait bientôt s’enrichir de nouvelles collections comme, par exemple, un corpus de captations audio de conférences aux Beaux-arts de Paris, les archives du centre de conservation de l’EFEO à Angkor, ou encore l’ensemble de la documentation iconographique d’un important site archéologique syrien aujourd’hui détruit (projet REVIS). Enfin, la mise en ligne prochaine du fonds Paul Langevin permettra de faire connaître au plus grand nombre l’œuvre de ce grand scientifique et humaniste engagé.

Le fonds Paul Langevin

Paul Langevin (1872 – 1946) est une figure scientifique emblématique de la première moitié du XXe siècle. Professeur au Collège de France et directeur de l’ESPCI, il tient une place unique dans l’histoire de la physique du siècle dernier, dont il a soutenu et accompagné les grands bouleversements théoriques (théorie des électrons, relativité, magnétisme et physique statistique) et les innovations techniques (il est notamment l'inventeur du sonar).

Militant pacifiste et humaniste engagé, il a consacré une partie de sa vie à s'interroger sur les visées de la science et leur enseignement. Signataire de la pétition pour innocenter Alfred Dreyfus, il a pris part aux combats de son époque contre la montée des nationalismes comme membre fondateur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et Vice-Président de la Ligue française des droits de l'homme. Tout au long de sa vie, il a œuvré pour la diffusion des savoirs et les nouvelles méthodes pédagogiques comme président du groupe français de l'éducation nouvelle, fondateur de l'Université ouvrière ou encore, sur la fin de sa vie, comme président de la Commission de réforme de l'enseignement (plan Langevin-Wallon).

« Les archives de Paul Langevin, généreusement confiées à l'ESPCI Paris-PSL par sa famille, auxquelles s’ajoutent les documents relatifs à sa carrière de professeur titulaire de la chaire de physique au Collège de France, constituent un fonds exceptionnel de près de 8000 pièces. Elles contiennent des documents de grande valeur scientifique tels que sa correspondance avec l’élite scientifique de l’époque : Wolfgang Pauli, Ernest Rutherford, Marie Curie, Louis de Broglie, Frédéric Joliot-Curie ou encore Albert Einstein. L'ensemble de ces documents, numérisés avec l'accord des ayants droit et mis à disposition sur la bibliothèque numérique de PSL, représente une matière première de premier plan pour les étudiants, les chercheurs et quiconque souhaiterait découvrir la vie et l'œuvre de Paul Langevin », se réjouit Catherine Kounelis, directrice de la Bibliothèque de l’ESPCI Paris–PSL